back

textes

Se cultiver partout

Ou l’idée qu’une architecture vibre et s’accorde avec le programme qu’elle contient. Dessiner un théâtre, un crématorium ou une bibliothèque peut paraître très éloigné dans l’approche créative, technique et fonctionnelle ; cependant, tous ces programmes ont en commun leur dimension hétérotopique et leur capacité à créer des lieux d’altérité, propres aux programmes à caractère culturel. Il s’agit, avant toute chose, de comprendre et saisir l’esprit du lieu et l’atmosphère dans laquelle les visiteurs vont vivre en occupant ces programmes.

Un programme culturel s’installe dans son environnement, bien davantage qu’il ne s’y intègre. À l’image d’une installation créée par un artiste, il diffuse son identité à travers sa présence et sa matérialité. Son expression devient essentielle ; le projet est envisagé comme une transition entre fiction et réalité, le passage d’un état à un autre, d’une situation à une autre. Le projet se vit comme un rêve éveillé, il se doit d’enrichir le lieu d’un nouveau récit, de donner du sens à un programme, d’apporter davantage qu’une fonction. L’aspect fictionnel du projet transforme la réalité, invite au voyage, libère l’imaginaire du visiteur.

Chaque occasion doit être saisie pour apporter cette expérience ; l’architecture dans sa dimension narrative invente alors des mondes possibles.

Couverture du cahier Se cultiver partout