back

textes

travailler là

Ou l’idée que le lieu qui permet de gagner sa vie est d’abord et surtout, un lieu où l’on vit sa vie. Qu’il semble loin le temps où Jacques Tati filmait l’absurde promenade de M. Hulot dans un monde du travail déshumanisé, et pourtant… Pourtant, il reste tant à faire pour enfin considérer les espaces de travail comme des espaces de vie collectifs où l’efficacité et la productivité sortent grandies. La notion de « confort » est, au-delà des caractères techniques du bâtiment, devenue vitale dans la société actuelle.

Nous avons fait le choix d’orienter principalement notre réflexion sur le parti de la construction Bois. La raison principale, au-delà d’une position éthique et environnementale, est d’améliorer considérablement l’environnement de travail des occupants. La présence du bois, par sa matérialité, sa chaleur et son odeur, participe grandement à la création d’une ambiance de travail sereine. Ce choix constructif est également celui d’une certaine rigueur de conception propre à la filière sèche : la construction Bois induit une logique combinatoire d’éléments précis et prédéterminés propres à la filière sèche. Cette rigueur devient également une source de flexibilité, de mutabilité et/ou de réversibilité des espaces dans le temps, assurant ainsi une meilleure durabilité de la construction.

Chaque projet, aujourd’hui, nous permet de pousser une réflexion plus fine sur le système constructif et représente une opportunité d’optimisation de la maîtrise de la réalisation et de son coût.

Couverture du cahier travailler là